Exposition temporaire : Confrontations avec Felip Costes & Tatiana Rozenblat

Sur le thème de la confrontation, la Galerie Cachée expose du jeudi 18 août au mardi 13 septembre sous les Couverts de Mirepoix les peintures et encres de Felip Costes et les sculptures de Tatiana Rozenblat, artistes de la nouvelle grande région Occitanie.

« Ce n’est pas un paysage que je peins, c’est une confrontation. Avec les éléments, le rocher, le vide, le vent, le temps, avec soi-même », lance Felip Costes.

« Aux aguets, je guette les marques du temps, des traces parfois insignifiantes, parfois plus conséquentes avec le privilège de leur donner un sens. Le végétal est si souvent imprévisible », confie Tatiana Rozenblat.

De Felip Costes, la Galerie Cachée est heureuse de présenter des toiles en acrylique, en équilibre si majestueux entre figuratif et abstrait, et dles encres, si délicates et si subtiles.

De Tatiana Rozenblat, la Galerie vous montre, ou vous révèle, des sculptures nées d’un « rapport sensoriel avec la nature et avec les phénomènes visuels qu’elle nous offre ».

« Ce que d’aucuns appellent montagnes en parlant de mes peintures, c’est ce qui m’anime et me tient éveillé. Malgré les apparences, je ne peins pas la montagne. Ce motif n’est qu’un prétexte », dit Felip Costes quand on l’interroge sur les sources et les élans de sa peinture. Et quand on lui demande où il se situe entre figuration et abstraction, il précise : « Je peins le mouvement, l’éphémère, les traces incisives de la perception, la tension, la faille qui n’existe que quand les choses bougent, quand l’air passe .»

« J’ai exclu de mes tableaux, toute forme humaine, animale, végétale. C’est le moyen de mettre en avant la dimension archaïque, éternelle des éléments. Sinon on se raccroche trop vite à ce que l’on maîtrise, à ce qui reste à notre échelle...rassure .

« Là, le regard peut s’approprier personnellement, intimement ce qu’il voit et ressentir tout le tremblement de cette nature, sa puissance, sa fureur, sa douceur, qui sont nôtres, qui sont aussi notre nature intime. Et on peut tenter de passer le cap. Le cap de nos certitudes. Se laisser aller à l’espace proposé. »

L’univers de Tatiana Rozenblat n’est ni tout à fait le même ni tout à fait un autre. « Le bois, la terre, la pierre, toutes ces matières stimulent mon imagination », dit-elle. Ces matières se fondent. Elles finissent par faire penser, au premier regard, que l’on est dans le monde de la roche et donnent l’envie de sonder du doigt la force de cette pierre. Gardez-vous de ce geste.

« Je travaille avec la pâte à papier », prévient Tatiana Rozenblat. « J'aime les qualités tactiles et visuelles qui lui sont propres, au coeur de la fibre, mais imprégnée par nos références culturelles. Sa consistance très malléable me permet de m'exprimer dans une grande liberté sans me limiter à une référence unique, d’ordre pictural ou sculptural ».

Le vernissage de l’exposition aura lieu le jeudi 18 août en présence des deux artistes, le décrochage le mardi 13 septembre.

Jean-Paul Couret

Felip Costes

Felip Costes

Tatiana Rozenblat

Tatiana Rozenblat