Nicole Guillot

images/artist-category/cat-nicole-guillot.jpg

L’élégance du mouvement

Le rugby de Nicole Guillot est éternel et fugace.

Il est éternel parce qu’il est bien campé sur la toile et dans l’histoire d’un sport qui évoquera à jamais les termes de voyou et de gentleman qui mêlera à jamais l’élégance et l’épopée. Le rugby de Nicole Guillot est un rugby du joueur et de sa gestuelle fondamentale, la passe et la course, le ballon niché au creux de la main, collé au cœur, la tête et le regard levés, le dos cambré, les genoux hauts.

Sur les toiles de Nicole Guillot, on ne verra pas la silhouette du joueur d’aujourd’hui, casqué, les cuisses et les bras strappés, les épaules rembourrées. On ne verra pas de maillot à la publicité criarde. On verra plutôt une invocation discrète des grands joueurs qui ont fait la légende de ce sport. Jo Maso, Philippe Sella, David Campese, Andrew Mehrtens, André Boniface, Serge Blanco, Brian O’Driscoll, Mike Gibson, Pierre Villepreux, Gareth Edwards, Barry John...

A chacun le Panthéon de son enfance mais dans le rugby de Nicole Guillot, il n’y a de place que pour les chevau-légers. Tout au plus pourrait-on parfois deviner l’image de troisièmes lignes à grand rayon d’action, Jean-Claude Skrela, Laurent Cabannes, Olivier Magne, Michael Jones, Jean Prat...

Dans le rugby de Nicole Guillot, on joue du piano, on ne le déménage pas pour citer Pierre Danos esthète de la passe plongée et des chevillières impeccables. Mais s’il est éternel, le rugby de Nicole Guillot devient de plus en plus fugace. Il faut désormais supporter 80 minutes de rentre-dedans, d’affrontement, de « jeu au pied d’occupation» pour espérer voir une passe sur un pas, une course de funambule au cœur de la défense, un cadrage-débordement cinglant.

Il faut rester longtemps accroché à la main courante d’un stade de village le jour d’un tournoi d’école de rugby pour espérer voir un poussin, un benjamin ou un minime -- on les appelle désormais U7, U9, U11-- s’abandonner à l’ivresse d’une course ballon en main.

Mais tant que ces moments de bonheur illumineront les pelouses, le rugby de Nicole Guillot vivra.

Jean-Paul Couret

Exposition temporaire - Le Rugby est un Art

nicole-guillot-1
nicole-guillot-2
nicole-guillot-3
nicole-guillot-a-l-essai
nicole-guillot-avant-passe
nicole-guillot-debordement
nicole-guillot-en-defense